Forum RPG Médiéval Fantastique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la recherche d'une vérité - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frewyr Ether
Fondateur
avatar

Messages : 73
Points Rp : 6
Date d'inscription : 21/11/2009

Feuille de personnage
Classe: Guerrier de la lumière
Métier: Soldat
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: A la recherche d'une vérité - Terminé   Ven 18 Déc - 6:36

[Rp Précédant]



C'était une fraîche nuit en cet automne à Rhoryn. Frewyr marchait le long des maisons, la tête baissé entièrement dans ses pensées. ce vieux prêtre sénile avait suffisamment abusé de sa patience. Il n'avait rien fait, rien appris depuis qu'il était venu le voir. Il ne faisait que faire des pompes ou d'autres exercices physique et lire des grimoires sur les dieux, sur la religion et le pourquoi du comment du bien et du mal. Il redressa le tissu rouge qui lui servait d'habit au niveau de son menton, l'air se rafraîchissait à mesure qu'il montait la cité. Il avait une destination : la caserne. Il devait bien y avoir quelques gardes à qui faire la causette. Frewyr ne voulait plus penser à ce qu'il venait de dire, ou avait dit, il voulait des nouvelles des soldats, des nouvelles du pays. La pente se faisait de plus en plus montante à mesure qu'il approchait de la caserne.

un mendiant passait par là et tendit sa main vers Frewyr. Celui-ci s'arrêta, le regardant de toute la hauteur que lui conférait son statut, mais sans pour autant paraître hautain, il n'avait aucune expression à vrai dire. Il fouilla dans sa bourse sans détacher son regard et déposa une pièce d'or dans la main du vieillard.

« Dieu vous bénisse mon seigneur. »

Dieu...Comme s'il se souciait ne serait-ce qu'un instant du sort de ces deux la. Frewyr continua son chemin. Si les dieux existait, alors pourquoi avaient-ils rendu cette cité si misérable ? Elle qui autrefois resplendissait de toute sa beauté dans des temps heureux. La caserne n'était plus très loin, il le savait. D'une part parce qu'il connaissait bien le chemin, il avait vécu la moitié de sa vie entière dans cette ville et connaissait tout les recoins imaginable. d'une autre part par qu'il y avait cette odeur de sueur mêlée à...du poulet grillé !

[...]

« Tiens tiens...qui voyez vous la ? Frewyr Ether, le nouveau héros de Rhoryn. L'homme qui a flirter avec la mort. »
« Bonsoir à toi aussi Heddir... Qu'est ce que vous mangez ? »
« Poulet grillé à la broche. T'en veux ? »
« Non, sans façon...Olyt est de garde ce soir ? »
« Ouaip. Il est sur la muraille. T'as tort c'est succulent. »

Le grand garde barbu désigna un grand mur, qui séparait la civilisation du monde sauvage. Frewyr lui tapota l'épaule en passant près de lui et commença son ascension à l'aide d'une vieille échelle en bois. Arrivé au bout, il regarda à gauche, puis à droite. Olyt était en effet là, faisant face à l'immense obscurité tachetée de petits points scintillants. Assis, emmitouflé dans une couverture, sa lance posée sur son épaule il somnolait presque.

« Eh bien...C'est une nouvelle façon de surveiller les frontières ? Les temps ont bien changés... »

Olyt sursauta au son de sa voix. Encore un peu hébété il regarda Frewyr d'un air apeuré, puis finalement se détendit.

« Bon sang Frewyr tu m'as fait une peur bleue. Je...J'étais pas en train de dormir, je...Je réfléchissais. »

Frewyr rit de tout son long, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas rit de bon coeur, à gorge déployée. Il s'assit en face de son ami, dos contre la muraille.

« Et a quoi réflechissait-tu mon bon ami ? »
« Oh c'est bon ! Je dormais ! T'es content ? Et puis d'abord, tu devais pas être chez ce prêtre machin chose ce soir ? »
« Je fait une pause... »
« Une pause ? Toi ? Il doit être dur ce prêtre pour réussir à te bassiner haha. »
« Disons que...Je ne voit pas l'intérêt de son "entraînement" particulier. »
« Un intérêt ? Pourquoi t'as besoin d'un intérêt. Au moins tu te gèles pas les fesses à observer du noir toute la nuit. »
« Tu as sans doute raison...Mais je m'interroge...Est ce que j'ai choisi une bonne voie ? Je n'ai même pas cette "foi" dont il me parle sans cesse. »
« Quoi attend... Tu ne crois pas en nos dieux ? »
« Si ces "dieux" comme tu dit, existait, alors pourquoi on a besoin de nous ? Pourquoi est-ce que la guerre fait chaque jour de nouvelles victimes innocentes ? Tout cela pour payer les échecs et les désaccords de certains. »
« ... »
« Quoi ? tu vas me dire que c'est pour un intérêt supérieur ? Que de toutes façons nos âmes reposerons en paix, tout ça au nom des dieux ? »
« Non. Tu sais de toutes façons que je suis un homme comme les autres qui n'a pas l'intelligence et la richesse de savoir des grands... »
« Non attend Olyt tu vaux... »
« Mais. Tout ce que je sais, c'est que moi j'ai la foi. Et c'est cette fois qui me permet d'avancer vers l'avant ou même de vivre parmi ce monde fous ! Si le peuple perdait la foi, alors nous serions au même rang que ces sauvages d'orcs. La foi, la religion, tout ça permet au moins un ordre. Médite la-dessus, parce que si tu avait cette foi la toi aussi, tu ne serais pas là, à te ronger l'âme et à ressasser les souvenirs douloureux de Narwen. Tu as du potentiel Frewyr, tu es le fils prodige de Rhoryn alors cesse de ne vivre que dans la vengeance. »

Il venait de le couper. Un long silence s'ensuivit, Olyt regardant au loin et Frewyr baissant les yeux. Il venait de toucher un point sensible. Narwen...C'était vrai. Il avait passé cette dernière année à se morfondre de sa solitude et de cette blessure qu'il avait reçu droit au coeur. Après quelques minutes de silence Frewyr reprit la parole.

« Tu as des nouvelles du continent ? J'ai l'impression d'avoir passé des années séquestré. »
« C'est calme. Trop calme si tu veux mon avis. Notre récente alliance avec les liens a totalement rompu le contact avec le monde elfique. Enfin, avec les sylvains en tout cas. La reine Efgern tente tant bien que mal de garder la situation stable mais les divergences elfes et naines affectent beaucoup nos relations. Et puis je n'aime pas ça, il y a un vent qui vient du Nord qui annonce de mauvaises nouvelles, j'ai vraiment un mauvais pressentiment. Comme si la mort était à nos portes. Sans oublier les orcs ! On en aperçoit parfois à Aetheor devant les frontières. Ces sales bêtes rôdent et attendent le bon moment pour attaquer. »
« Je vois. Les temps sont durs... »
« En effet. »
« Bon...Je rentre me coucher, je suis complètement épuisé. »

Frewyr se releva, péniblement, ses muscles n'avaient pas vraiment encore eu le temps de se reposer, et il sentait déjà des crampes venir.

« Le vieux t'en a fait baver hein ? »
« Si tu savais... »

Frewyr salua une dernière fois son vieil ami puis s'en fut par la même échelle avec laquelle il était monté. Il passa devant le feu organisé par les soldats ou il ne restait plus qu'une brochette, ils avaient fini leur repas. Frewyr passa devant quelques soldats les saluant de la main puis redescendit par le chemin avec lequel il était monté.

Olyt avait raison, il devait arrêter de se lamenter sur son sort. Il devait aller de l'avant. retrouver sa foi dans les hommes, et dans la vie. Il finit par arriver chez lui, sa maison n'avait pas bougé depuis des années, la poussière s'accumulant. Frewyr restait le moins souvent chez lui, et ne daignait jamais faire un peu de rangement, la maison était vide et froide, comme son coeur.

[...]

Yayloth marchait en direction de sa demeure. Il était passé au palais tôt ce matin pour aller voir son roi et lui donner des nouvelles de l'église et de l'apprentissage d'un jeune chevalier talentueux. Il marchait lentement s'appuyant sur son bâton, le dos courbé. On sentait l'âge qui avait parcouru ce corps et les innombrables aventures qu'il avait dû traverser. Il arriva finalement devant sa chaumière, une légère fumée s'échappait de la cheminée. Le prêtre eu un léger rictus. Il entra doucement dans la pièce parsemée de rayons lumineux qui traversait les petites fenêtres. L'obscurité s'inclinait face au vieux prêtre, révélant un jeune homme debout au milieu de la pièce, l'armure portée, l'épée au fourreau. Ses yeux étaient flamboyants et son regard était grave.

« Eh bien...On a retrouvé la foi ? »
« Je suis prêt. »






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottenworlds.forumactif.com
 
A la recherche d'une vérité - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche de la vérité
» A la recherche de la vérité. | Pv Pearl
» La contrée des tristes vérités... - Terminé
» [Terminé]Recherche safari des amis avec un évoli
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lost Kingdoms :: Le continent [RP] :: Royaume d'Andodor :: Rhoryn :: Caserne-
Sauter vers: